Hellfest 2012

200m avant tu regardes calmement les enfants rentrer de l’école à vélo par la fenêtre de la voiture, tu admires les petites maisons, les champs de vignes, la campagne Nantaise, et brutalement tu changes de planète. C’est le Hellfest.

Des metalheads à perte de vue, des nuées de fans, des cheveux longs, des poils, des tatouages, des piercings et des packs de bières… Des dizaines de milliers de « petits soldats » s’acheminent vers le « champs de bataille ».
Cette année le site du Hellfest s’est agrandit de 30%, et inaugure 2 nouvelles scènes
de concert : la « Valley » et la « Warzone » à la programmation principalement Punk, Hardcore, Grindcore et Stoner. Au total, le festival compte désormais 6 scènes : les illustres « Mainstage 1 » et « Mainstage 2 » où s’alternent les têtes d’affiches, et enfin les ténébreuses « Altar » et « Temple » (Ex RockHard Tent et Terrorizer tent) dédiées essentiellement au Black Metal et Death Metal.
Avec plus de 115000 participants, le Hellfest est désormais l’un des trois festivals les plus fréquenté de France avec les Eurockéennes de Belfort  et les Vieilles Charrues en Bretagne. 160 groupes de musiques extrèmes étaient au rendez-vous pour ce qui a
probablement été l’une des meilleures éditions du Hellfest.

Arrivée la veille, j’ai été ravie de constater les améliorations apportées au camping et au Metal Corner. Adieu le gros camping incohérent où on est toujours proche d’être loin de tout, et bienvenue au Red, White (… and Crüe ?)Yellow et Green Camps. Enfin
des points de repère pour retrouver ses copains. Très bonne idée : l’écran géant à l’entrée du camping sur lequel on peut regarder des films cultes ou du foot, pendant qu’on fait la queue pour aller au WC.
Le Metal Corner s’est également agrandit, et est devenu indépendant de l’espace snack/bars du camping qui lui, à gagné un grand barnum pouvant abriter au moins 200 personnes.
Je n’avais qu’une hâte ; découvrir la nouvelle Ambiance du site. Si on avait déjà une petite idée de ce à quoi nous attendre en lisant le thème de cette édition 2012 : A  New Battle Field, c’est avec une intense excitation que je pénètre sur le site par la
porte de la « grande cathédrale ». Petite note d’humour impertinent sachant qu’on est quand même au HELLfest, et qu’un groupuscule d’extrémistes catholiques cherche encore et toujours faire interdire le festival.
La nouvelle scénographie est fascinante. « Il faut un temps d’adaptation, tout est énorme, t’en prend plein les yeux. Mais une fois que tu as prit tes repères, tout est logique et intuitif, en 5 min t’es comme un poisson dans l’eau » me confie Tom qui vit
son premier Hellfest. Devant moi, un immense champ de terre pas encore battue sous la modeste chaleur du soleil un peu timide (Oui, on est en Bretagne) mais une puissante énergie spirituelle qui réchauffe le cœur et irrisse les poils. On est à la maison les amis, go !

 

 

Jour 1 : A la guerre !!!!!

Black Bomb A, 2 chanteurs très énervés ont réussit à nous mettre tous en « colère » alors on s’est bagarrés (gentiment je vous rassure)
Puis, pour rester sur le thème ecclésiastique je décide d’aller faire un petit tour à Benediction : c’était la mort, mais dans le bon sens du terme. Quoi de mieux pour se préparer à Lizzy Borden, groupe de heavy metal spécialiste du « shock rock ».

Megadeth à la Mainstage 1: Parfait ! Z’ont la patate !! Cannibal Corpse, Satyricon et Obituary à l’Altar et au Temple : Enorme.
Dernier concert de la journée : King Diamond, en bonne forme, très belle scène, très belles ligths, et très beau vibrato. Amon Amarth de loin, pour l’honneur, car je n’ai plus de force. Mansion spéciale à Hank III, concert envoûtant. Très bon moment.

Évidemment, quand on croit qu’on va aller dormir c’est pas le cas, il y a encore au moins 8 apéros à prendre dans les tentes de tes copains, ou au métal corner. Sans parler du concours de descente cul sec de bouteilles de Jack (l’abus d’alcool est
dangereux etc. …) Ou l’élection de la plus belle poitrine nue…

Jour 2 : même pas mal.

Un de mes groupes préférés : Koritni pour me mettre en jambes, puis Necros Christos, Death Angel et Ascension (Décidemment !)
Puis là c’est le marathon entre les Maintages, l’Altar, le Temple et la Warzone. Programmer Necrophagia et Ufomammut en même temps c’est déjà trop cruel, mais alors Exodus en même temps que Vomitory c’est inhumain !!!
Une pause s’impose : sieste sous les arbres dans la forêt. On repart au combat avec In Extremo, Napalm Death et Machine Head.
Je commence à être un peu morte. Ca « tombe » bien avec Entombed ! Mais je décèderai plus tard, y a les Guns !! Surprise : le show commence à l’heure, Axl « voix de chat de gouttière » qui se casse la figure…
Petit Arrêt à Behemos et je suis toute revigorée. Gros gros coups de cœur pour Steel Panther (surtout au niveau de la poitrine) Qui savent dire plein de mots en français. Nichooooooooooooons !!!!!

Petite fin de soirée à l’espace VIP, le temps de boire un petit verre avec des zicos, de raconter 2 ou 3 blagues, et bim il est 4h du mat … Non mais sérieux, je peux dormir là ?!

Jour 3 : Le vent, la pluie, la boue : Le Hellfest.

 Aller venez on va à Girlschool !! Il y avait plein de groupes avec au moins 1 fille dedans cette année, c’est chouet ! Alcest toujours bon. D-A-D, Brutal Truth, Monkey 3 pour la première
fois en live.
Black Label Society pour la 5eme fois *Etoiles dans les yeux* Et enfin, Walls Of Jericho ; la claque, comme d’hab.
Re–petite sieste dans la forêt mais non sans écouter de loin The Spudmonsters que je ne connaissais pas. Une fois remise sur pâte, je pars faire la moitié de Dying Fetus pour l’hygiène et Devil Driver pour le sport avant d’entamer la dernière ligne
droite (enfin droite … tout est relatif à cause de la bière) Blue Oyster Cult, Vulture industries et Pentagram j’en prends plein les yeux.
Pas le temps de rêver, Motley Crüe entre en scène, Vince tout bouffi, Nikki ressemble de plus en plus à Alice Cooper, bref ça m’a coupé l’appétit. Suffocation pour m’oxygéner un peu avant Slaaaaash !!!! Sacre bleu, ça sonnait plus Guns que les Guns …

J’ai suis toute fois intriguée pas Sunno))) mais j’avoue que j’ai rien compris. Il pleut, on est trempé, et dire qu’il reste encore au moins 5 groupes à voir.
Ô dieu du métal donne moi la force de combattre les éléments. Je pars danser autour du grand feu de joie.Mes vêtements sentent le BBQ ça me donne faim !!

Ozzy Osborne avec Zakk et Slash, La première phrase d’Ozzy : « Désolé j’ai mal à la gorge » On pensait que Slash et Zakk monteraient sur scène dés le début mais non. Ils se sont fait attendre. Puis il se met à pleuvoir comme vache qui pisse,
et finalement concert écourté d’une demi-heure. C’est pas grave y a Madball, une boucherie totale. Chlidren of Bodom, ho oui !!! Dimmu Borgir, extra ! Et Biohazard, avec mes dernières forces vitales.
En ce 3eme jour, je suis devenue fan ultime d’Ihsahn, mais t’façon les norvègiens et moi c’est une longue histoire.

Fin !

Le Hellfest 2012 s’achève sur une note boueuse, mais comme le dit un ami à moi « Le Rock & Roll, si c’est pas sale, il manque quelque chose… »
Je voudrais remercier tous les organisateurs pour la qualité de leur travail, leurs soucis du détail, et leur raffinement (un bar à huitres tout de même) Les groupes, pour nous avoir tout donné à chaque concert, malgré les conditions climatiques, les
Bénévols pour leur aide avant, pendant et après le festival, les Clissonais pour leur accueil et leur humour, les posers qui se prennent pour des rock stars dans l’espace VIP, les employés de la société d’assainissement qui ont nettoyé les WC 2 fois par
jour, la Denrée du Hellfest, Les Sticky Boys et leurs amis, les montreurs de fesses, et enfin chacun des festivaliers de cette édition 2012 pour cette énergie qui nous lie tous, et qui nous fait du bien.