Interview Papa Roach

PAPA Roach (Sonisphère 2011).

PAPA ROACH était ce samedi 9 août à l’affiche du Sonisphere à Amnéville en France à côté du Big 4 METALLICA, SLAYER, MEGADETH et ANTHRAX.

Une affiche historique avec en plus : les Danois de VOLBEAT, MASS HYSTERIA, LOUDBLAST, DIAMOND HEAD (un des groupes ayant le plus influencé METALLICA), DREAM THEATRE et bien d’autres.

Le groupe était sur scène aux alentours de 20 heures pour 45 minutes de show intensif pendant lequel il a envoyé: Getting away with murder, ...To be loved, Burn, Between angels and insects, Hollywood whore, Kick in the teeth, Lifeline, Scars et last resort!

Livefestival.net rencontrait Jerry, le guitariste de PAPA ROACH, sur le coup de 15h dans les salons du Galaxie d’Amnéville

Live: Comment te sens-tu ? Papa Roach est sur l’affiche avec le Big 4 et jouera dans quelques heures sur une des plus grandes scènes de France.

Papa: Je suis excité mais je dois bien avouer que je suis un peu nerveux. C’est un honneur de jouer avec le Big 4. On n’aurait jamais imaginé ça il y a quelques années.

Live: Comment ressens-tu le public français ?

Papa: Le public français est très accueillant et bouge bien. C’est un très bon public.

Live: Et le public belge ?

Papa: Hé bien on pensait que le public belge était un peu mou. On a eu la preuve du contraire hier en jouant à Zottegem (Rock Zottegem). C’était énorme. Le public était vraiment terrible. On ne pensait pas avoir un tel succès là-bas. On y retourne dans quelques jours d’ailleurs (Festival de Dour).

Live: Quelle a été la pire expérience sur scène de Papa Roach ?

Papa: Sans aucun doute en 2006 avec Guns N’ Roses au Madison Square Garden. Plein de choses n’ont pas été ce soir-là. On devait ouvrir pour les Guns avec un set de 40 minutes. Quand on a débarqué, on nous a demandé de jouer 60 minutes. Tout a bien commencé mais le public était là pour les Guns, par pour nous. Après 30 minutes, ils ont commencé à réclamer les Guns. Un peu plus tard, on nous a balancé des trucs …

Live: La meilleure expérience ?

Papa: Le Woodstock en Pologne. Avant d’arriver sur place, nous étions dans l’avion et nous lisions les infos sur le festival. Il était indiqué qu’ils attendaient 500.000 personnes. On s’est dit qu’il y avait une erreur et qu’il y avait un 0 en trop. Quand on est arrivé là-bas, on a vu la foule qui descendait des collines. Deux flux de chaque côté et à un moment ils n’ont plus formé qu’un.  Quand je suis monté sur scène, je n’en revenais pas de vois autant de monde. Il n’y avait pas 500.000 personnes. Mais il y en avait au moins 300.000 ! La foule s’étendait à perte de vue. Il y avait des gens partout ! C’était vraiment incroyable. Passe voir sur Youtube !

Live: Quelle ont été les premières scènes de Papa Roach ?

Papa: La toute première scène ? Au début de Papa Roach, on jouait partout. Pour les potes, lors de fêtes, dans des jardins, des stations services. Partout où on pouvait jouer, on jouait. J’ai rejoint Papa Roach en 1993. On a enregistré plusieurs démos de quelques titres. On répétait le soir et le weekend. A ce moment-là, nous avions tous des jobs le jour. Il fallait faire avec les emplois du temps. Nous ressentions tous le besoin d’aller toujours plus loin. Jusqu’au jour où nous avons signé sur major. Tout a changé (sourire).

Live: Penses-tu qu’un jour Papa Roach pourrait faire partie du Big 4 ?

Papa: Definitively! Nous donnons toute notre énergie pendant nos shows. Si le public nous le rend de la même façon, nul doute qu’on en fera partie.

Live: Y a-t-il une scène que vous n’avez pas encore faite et que tu rêves de faire ?

Papa: Il n’y a pas vraiment de scène dont je rêve. Mais je voudrais refaire le Madisson Square Garden mais avec Papa Roach en tête d’affiche. Ca, ça serait le pied.

Live: Quand as-tu commencé la guitare ?papa roach

Papa: A 14 ans plus ou moins. Mes parents avaient une guitare acoustique. J’ai essayé et n’ai jamais arrêté (sourire).

Live: Quel est ton ampli préféré ?

Papa: En studio, j’utilise un JCM800 modifié (Mike Morin modded) ainsi qu’un JCM 2000. C’était le cas pour le dernier album. En tournée, il n’est pas toujours possible d’avoir tout le matériel. Généralement, j’utilise un Marshall JMP-1.